Société

Un nouveau départ pour Hong Kong
By WANG LINGXI | La Chine au présent | Updated: 2022-06-28 14:57:00

Central à Hong Kong, le 4 octobre 2021 

Le 1er juillet 1997, à 0h00, le drapeau national de la Chine et le drapeau régional de Hong Kong se sont levés aux accents éclatants de l’hymne national de la République populaire de Chine au Centre de congrès et d’expositions de Hong Kong, marquant le début d’une nouvelle ère d’« un pays, deux systèmes » pour cette région.   

Au cours des 25 dernières années, la région administrative spéciale de Hong Kong et la partie continentale de la Chine ont réalisé un développement commun dans la complémentarité.   

Une Hong Kong plus vivante   

Leung Chun-ying, vice-président du comité national de la Conférence consultative politique du peuple chinois, se souvient encore d’une histoire qui s’est passée avant la rétrocession de Hong Kong. En 1988, en tant que secrétaire général du Comité consultatif de la Loi fondamentale de Hong Kong, il s’est rendu dans différents districts pour écouter l’avis de la population. Dans le district de Kowloon, les résidents âgés posaient les yeux sur ce jeune homme de 34 ans et lui demandaient : « Répondez à une seule question : lorsque nous achèterons notre petit déjeuner le matin du 1er juillet 1997, quel billet utiliserons-nous ? » M. Leung les avait rassurés : le dollar de Hong Kong continuerait à circuler.   

À l’époque, de nombreuses personnes âgées hongkongaises croyaient que « lorsque le régime change, la première chose à faire est de changer les billets ». En entendant cela, M. Leung avait expliqué que la Banque de Chine continuerait à émettre des dollars de Hong Kong, mais ses propos avaient été accueillis avec méfiance, personne ne croyant que cette monnaie continuerait à circuler.   

Aujourd’hui, le statut du dollar de Hong Kong reste inchangé, et le taux de change demeure distinct de celui du RMB, ce qui en fait l’une des manifestations importantes du principe « un pays, deux systèmes ». Dans le cadre de cette initiative, Hong Kong a non seulement conservé son mode de vie et son système économique et social, mais a également atteint la prospérité économique, le développement démocratique et le progrès général de la société.   

Plus de 9 000 jours et nuits se sont écoulés depuis le retour de Hong Kong dans la mère patrie, et cette région a conservé sa vitalité : le port Victoria grouille toujours de bateaux, le temple Wong Tai Sin est toujours aussi fréquenté, les hippodromes de Happy Valley et de Sha Tin sont toujours aussi animés, et Lan Kwai Fong (la rue des bars et l’un des sites touristiques de Hong Kong) est toujours rempli de personnes de toutes origines, même à minuit.   

Avec le soutien du gouvernement central, Hong Kong a surmonté de nombreuses crises et a conservé son statut de centre financier, maritime et commercial international. Dans le cadre de l’initiative « un pays, deux systèmes », la position unique de Hong Kong, qui est connectée à la fois à la partie continentale de la Chine et au monde, est de plus en plus importante. Selon les données publiées par la Banque mondiale, en 2020, Hong Kong se classait au troisième rang mondial en termes de facilité à faire des affaires ; et en termes d’indices de gouvernance mondiale, qui mesure l’état de droit, Hong Kong n’obtenait qu’un score de 69,85 avant la rétrocession, mais depuis 2003, elle a maintenu un score de plus de 90.   

Au cours des 25 dernières années, Hong Kong a connu un développement économique et social important avec le soutien de la mère patrie, ce qui en fait une ville plus dynamique que jamais. Avant la rétrocession, son PIB par habitant était de 192 000 dollars de Hong Kong, alors qu’en 2021, il a doublé pour atteindre 387 100 dollars hongkongais. De 1997 à 2021, le nombre d’installations culturelles, récréatives et sportives à Hong Kong n’a cessé de s’accroître, et l’espérance de vie de la population a augmenté, faisant de Hong Kong l’une des régions où l’on vit aujourd’hui le plus longtemps au monde.   

« Vingt-cinq ans est la période prospère de jeunesse de la vie. Au cours de ces 25 années, Hong Kong a traversé des tempêtes et a également connu la gloire. Avec la direction et l’aide des autorités centrales, ainsi que l’union et la détermination des patriotes, Hong Kong a surmonté divers défis et difficultés et est allée de l’avant », a déclaré Wu Qiubei, président de la Fédération des syndicats de Hong Kong et membre du Conseil législatif de la RASHK. 

Une affiche commémorative pour le 25e anniversaire de la rétrocession de Hong Kong dans une rue de Tsim Sha Tsui, à Hong Kong   

Un soutien solide de la mère patrie   

Comme le dit un ancien poème chinois : « L’eau du canal doit sa pureté à sa source intarissable. » La croissance brillante et les réalisations fructueuses de la RASHK n’auraient pas pu être obtenues sans l’accompagnement et la protection de l’initiative « un pays, deux systèmes ».   

En 2003, à cause de l’épidémie de SRAS, les rues de Hong Kong sont devenues silencieuses. C’est le programme de visites individuelles qui a redonné vie à la région, ainsi que la décision du gouvernement central de signer le CEPA (Accord de partenariat économique plus étroit entre la partie continentale de la Chine et Hong Kong) et d’étendre les affaires du RMB aux banques de Hong Kong. En 1998, les prédateurs financiers internationaux ont frappé le peg (taux de parité fixe entre le dollar de Hong Kong et le dollar américain), puis il y a eu l’explosion de la bulle Internet américaine en 2000 et le « tsunami » financier en 2008… Chaque fois que Hong Kong rencontre des difficultés, la mère patrie est toujours là pour la soutenir. Après avoir connu de nombreuses crises, Hong Kong n’est pas tombée, mais est devenue de plus en plus forte.   

Début 2022, la cinquième vague de l’épidémie de COVID-19 a éclaté à Hong Kong. Le gouvernement central a rapidement mis en place des équipes spéciales pour aider la RASHK, envoyant des lots de matériel médical et de subsistance, et construisant des hôpitaux temporaires, ce qui démontre à nouveau que la mère patrie est toujours le port de Hong Kong dans la tempête.   

En outre, le pays offre de grandes opportunités pour la prospérité de Hong Kong. De l’initiative « la Ceinture et la Route » à la construction de la Grande Baie de Guangdong-Hong Kong-Macao, puis au XIVe Plan quinquennal, en s’intégrant dans le plan national de développement, Hong Kong est pleine de vigueur dans sa croissance.   

En septembre 2021, le Plan d’approfondissement global de la réforme et de l’ouverture de la zone de Qianhai pour la coopération des industries de services modernes entre Shenzhen et Hong Kong a été publié, établissant une orientation pour la réforme et l’ouverture de cette zone. Il s’agit d’une disposition majeure élaborée par les autorités centrales pour enrichir la pratique d’« un pays, deux systèmes » dans la nouvelle ère, ce qui contribuera non seulement à élargir davantage l’espace de développement de Hong Kong et à optimiser la structure industrielle, mais aussi à créer un marché large et ouvert pour son développement futur, offrant également aux Hongkongais davantage de possibilités de s’épanouir sur la partie continentale de la Chine.   

Les faits ont prouvé et continueront de prouver que le principe « un pays, deux systèmes » est la meilleure solution pour résoudre le problème de Hong Kong légué par l’histoire, et la meilleure institution pour que Hong Kong maintienne la prospérité et la stabilité à long terme après la rétrocession. « Au cours des 25 dernières années, l’économie de Hong Kong a entretenu un développement constant et diverses activités sociales ont atteint de nouveaux sommets. Tant que Hong Kong adhère au principe ‘‘d’un pays’’ et fait bon usage des avantages de ‘‘deux systèmes’’, tout en s’intégrant mieux dans le plan national de développement, elle sera en mesure de faire face efficacement aux divers risques et défis », a déclaré Chen Dong, directeur adjoint du Bureau de liaison du gouvernement populaire central dans la RASHK.   

Un avenir plus radieux   

Pour l’initiative « un pays, deux systèmes », il n’y a pas d’expérience toute faite à suivre, il est donc inévitable que le chemin à parcourir soit dur et pénible. Cependant, le processus consistant à aborder et à résoudre de nouveaux problèmes est aussi le processus qui démontre les fortes vitalité et résilience de l’initiative.   

En 2019, en raison de facteurs intérieurs et extérieurs complexes, les activités visant à déstabiliser Hong Kong et par là à bouleverser la Chine ont sévi, et une situation grave a régné pendant un certain temps à Hong Kong. Face à ces risques et défis majeurs, les autorités centrales, en évaluant rapidement les circonstances, ont adopté de manière décisive une série de mesures visant à traiter à la fois les symptômes et les causes profondes, telles que la promulgation de la Loi de la République populaire de Chine sur la sauvegarde de la sécurité nationale dans la RASHK et la réforme du système électoral de Hong Kong, afin de mettre un terme à la violence et d’endiguer le chaos, ramenant ainsi la situation à Hong Kong sur la bonne voie du développement.   

La mise en œuvre de la loi sur la sécurité nationale à Hong Kong a effectivement maintenu et consolidé son statut en tant que centre financier international. Selon Paul Chan, secrétaire financier du gouvernement de la RASHK, depuis la mise en œuvre de la loi sur la sécurité nationale, Hong Kong a levé plus de 650 milliards de dollars hongkongais d’actions nouvelles, soit une augmentation de plus de 30 % par rapport à la même période avant la mise en œuvre ; le chiffre d’affaires quotidien moyen des actions de Hong Kong a dépassé 150 milliards de dollars de Hong Kong, soit près de 60 % de plus. La valeur totale des activités de gestion d’actifs et de patrimoine de Hong Kong a atteint 34 900 milliards de dollars de Hong Kong à la fin de 2020, soit une augmentation de 20 %.   

En ce moment important du 25e anniversaire du retour de Hong Kong dans la mère patrie, la nouvelle équipe dirigeante a la lourde responsabilité de veiller à ce que le principe d’« un pays, deux systèmes » ne soit ni altéré ni déformé lors de son application dans la RASHK. John Lee, sixième chef de l’exécutif de la RASHK, a affirmé : « Le nouveau gouvernement s’efforcera de gagner la confiance par des actions, de réduire les divergences par des résultats et d’établir une confiance mutuelle par des réalisations. Nous travaillerons ensemble pour construire une Hong Kong plus vivable, plus ouverte et plus harmonieuse, qui est pleine d’espoir, de possibilités et de vitalité. »   

*WANG LINGXI est journaliste au Quotidien du Peuple (édition d’outre-mer) 

  

Numéro 11 janvier-mars 2022
APN&CCPPC 2022
La Chine agit pour protéger la biodiversité végétale
Chengdu et Montpellier fêtent 40 ans d'amitié
Le legs des JO d'été et d'hiver de Beijing
Liens