Culture

Une « petite balle » pour une grande coopération France-Chine
By DOMINIQUE FACHE* | Dialogue Chine-France | Updated: 2022-04-06 15:13:00

Une délégation de Normandie composée de Nicolas Mayer-Rossignol, maire de Rouen et président de la Métropole Rouen Normandie, de Gilles Erb, président de la Fédération française de tennis de table, de Dominique Fache, président du club SPO Rouen Tennis de Table, de Sileymane Sow, élu à la mairie de Rouen et à la Métropole Rouen Normandie, ainsi que de Nathalie Geslin-Yu, présidente du Club des châtelains chinois de France, a été reçue le 15 juin 2021 à l’ambassade de Chine à Paris par le ministre conseiller chargé de la Culture, Yan Zhenquan.

Le Français Emmanuel Lebesson et la Chinoise Chen Meng participent aux Championnats du monde de tennis de table à Suzhou (Jiangsu), le 27 avril 2015. 

L’idée directrice de cette rencontre était d’utiliser le « vecteur ping-pong » pour favoriser les échanges entre la France et la Chine dans tous les domaines, aussi bien sportifs que culturels et économiques en Région normande, où se déploie l’axe stratégique de la Seine reliant Paris-Rouen-Le Havre. Concrètement et tel un emblème fort des liens amicaux entre la Normandie, la France et la Chine, il s’agit d’intégrer un pongiste chinois – un petit Ma Long [l’un des pongistes les plus titrés au monde, NDLR] – dans l’équipe du club SPO Rouen Tennis de Table, afin d’atteindre la première place sur les podiums de France, voire d’Europe.  

Des liens toujours plus étroits 

Les coopérations sportives sont un fantastique « liant » entre des peuples de culture et de langue différente. Par le biais de ces échanges et au-delà de leurs spécificités, ils peuvent partager la même émotion sportive, une émotion qui rassemble. Ces échanges entraînent également, dans leur sillage, d’autres interactions (éducatives, culturelles, etc.) qui permettent de mieux se comprendre et donc de s’accepter.  

Le tennis de table est le deuxième sport le plus pratiqué au monde, après le football. Si tous les jeunes footballeurs du monde entier regardent avec des yeux émerveillés les footballeurs français, il en va de même pour les jeunes pongistes admiratifs de l’excellence de jeu des pongistes chinois, qui dominent haut la main les compétitions mondiales. 

Quelques grandes dates du SPO Rouen Tennis de Table sont liées étroitement avec la Chine, par exemple, l’intégration du joueur chinois Li Yong à la saison 2008-2009 dans l’équipe fanion a permis au club de retrouver le niveau professionnel avec l’accession en Pro B lors de la saison 2010-2011. Par la suite, grâce au recrutement d’un autre joueur chinois, Nan Yan, le SPO Rouen est devenu, pour la première fois de son histoire, champion de France de Pro B et a retrouvé l’élite nationale lors de la saison 2017-2018. Il ne l’a plus quittée depuis. 

 

Poster d'équipe officiel 2021-2022  

Il est à noter que la progression du SPO Rouen ces douze dernières années est indissociable d’une collaboration sportive étroite et efficace avec les excellents pongistes chinois, dont la virtuosité dans le maniement de la « petite balle » brille en France, et bien au-delà. 

Il existe déjà des synergies nombreuses entre la France et la Chine dans des disciplines dans lesquelles les deux nations excellent. À titre d’exemple, le ping-pong, le badminton et la gymnastique côté chinois ; l’escrime, le football, l’équitation et les sports d’hiver côté français. Par ailleurs, des collaborations fructueuses peuvent se développer dans l’industrie du sport (aménagement et gestion de sites sportifs de manière écoresponsable, équipements, etc.), dans la formation des athlètes et dans les transferts de savoir-faire. En un mot, les coopérations sportives entre la France et la Chine, c’est « réunir les forces et les atouts de chacun pour pouvoir gagner ensemble », et donc consolider l’amitié franco-chinoise. 

Nouvelle orientation de coopération  

Parallèlement à la nouvelle équipe fédérale élue en décembre 2020, une nouvelle dynamique a vu le jour avec la volonté affichée de développer notre discipline à tous les niveaux (loisirs et compétitions). Tout le monde a joué une fois dans sa vie au ping-pong, mais peu rejoignent des clubs. C’est le challenge qui va être relevé sur cette olympiade. Heureusement, de jeunes joueurs de 16 à 18 ans frappent à la porte de l’équipe de France et devraient dans l’avenir épauler Simon Gauzy, n°1 français et n°20 mondial, qui a battu aux Championnats du monde 2019 le n° 1 mondial le Chinois Xu Xin. De grands espoirs pour le tennis de table français sont donc permis.  

D’après moi, la collaboration sportive avec la Chine peut améliorer la compétitivité de notre équipe au niveau européen. Mais au-delà, nous espérons pouvoir favoriser, en Normandie, une dynamique d’échanges franco-chinois plus globale. En effet, notre club est basé à Rouen en vallée de Seine. Or, ce fleuve est un enjeu stratégique majeur du développement économique de Paris grâce à sa liaison avec le port du Havre, via Rouen. En outre, la vallée de la Seine dans son ensemble, du fait de sa proximité avec Paris, de par son histoire et ses atouts naturels, est l’une des toutes premières régions économiques et industrielles de France, en pointe dans de nombreux secteurs d’avenir. Donc, plus globalement et en synergie avec une collaboration sportive étroite avec la Chine, nous pensons que les entreprises chinoises pourraient être parties prenantes de cette dynamique de coopération, à divers titres, et dont le point de départ serait sportif. Les JO de Paris 2024 s’ouvriront sur la Seine et celle-ci mène jusqu’à Rouen… 

Nous espérons que ce premier jalon en amènera d’autres. Nous pouvons imaginer, notamment, dans le cadre du jumelage Rouen-Ningbo, des séjours sportifs et culturels entre les habitants jeunes ou moins jeunes de ces deux villes, afin de renforcer les liens amicaux entre nos deux nations.  

Après le succès des JO d’hiver en Chine, je pense qu’il y aura plus qu’un simple passage de flamme olympique entre Beijing 2022 et Paris 2024 puisque, pareillement à une rencontre de tennis de table, de nombreux échanges favorables au développement des relations France-Chine en Normandie et en vallée de Seine seront possibles grâce à la « petite balle ». 

En 2022, nous pouvons encore reprendre les propos de Patrick Kanner, ex-ministre français des Sports, lors de sa visite en Chine en 2017 : « La France et la Chine sont deux grandes nations sportives, deux grandes nations organisatrices d’événements sportifs internationaux, qui doivent poursuivre et approfondir leur coopération, pour faire de ces événements un facteur d’attractivité des territoires, de rayonnement international et de développement économique. » Nous sommes dans cette même logique et le SPO Rouen souhaite contribuer, à son niveau, à cette dynamique. 

Une osmose au-delà du sport  

Pour les acteurs du projet, une osmose franco-chinoise va plus loin que le simple partenariat sportif, elle est bien plus profonde et est même affective.  

En effet, Sileymane Sow, ancien licencié du SPO Rouen, est depuis 2019 élu à la mairie de Rouen et à la Métropole Rouen Normandie, chargé de l’économie, de l’attractivité du territoire et des relations internationales, et donc notamment du jumelage entre les villes de Ningbo et de Rouen, qui vient de fêter ses 30 ans d’existence. De plus, son épouse étant chinoise, il voyage très régulièrement en Chine pour visiter sa belle-famille. Habilité à célébrer des mariages du fait de ses fonctions d’élu, il a officié le 3 octobre 2020 à la mairie de Rouen, lors du mariage de Benoît, fils de Dominique Fache, président du SPO Rouen, avec Caroline Wei, elle aussi chinoise et originaire de Shanghai.  

Simon Gauzy 

En dernier lieu, Nathalie Geslin-Yu, présidente du Club des châtelains chinois de France et de l’association culturelle du Club hébergée au château de Houetteville en Normandie dans le département de l’Eure, travaille depuis de longue années avec la Chine. Elle est étroitement impliquée dans ce projet de collaboration franco-chinoise à dimensions multiples qui doit permettre au SPO Rouen de remporter le titre de champion de France, puis de se projeter au niveau européen, avec, pour fer de lance, un pongiste chinois. Ce dernier sera l’ambassadeur et le symbole très fort d’une coopération idéale et gagnante entre les deux nations et peuples, orchestrée par le biais du tennis de table.

2024 marquera le 60e anniversaire des relations diplomatiques sino-françaises. L’esprit sportif partagé au sein d’une équipe de tennis de table franco-chinoise de Normandie, évoluant avec succès au plus haut niveau des compétitions nationales et européennes, annoncerait et soulignerait brillamment ce lien historique, profond et porteur entre nos deux pays.  

*DOMINIQUE FACHE est président du club SPO Rouen Tennis de Table 

 
Numéro 11 janvier-mars 2022
APN&CCPPC 2022
La Chine agit pour protéger la biodiversité végétale
Chengdu et Montpellier fêtent 40 ans d'amitié
Le legs des JO d'été et d'hiver de Beijing
Liens