Chine-France

De Beijing à Paris, la coopération olympique consolide l'amitié sino-française
By LU SHAYE | Dialogue Chine-France | Updated: 2022-02-20 22:06:00

 Cérémonie de clôture des Jeux olympiques d'hiver de Beijing 2022 

En 1924, Chamonix, ville hivernale française au pied du mont Blanc et berceau de l’esprit olympique d’hiver, a accueilli la première édition des Jeux olympiques d’hiver. Un siècle plus tard, l’esprit olympique garde toute sa vitalité. Cette année, Beijing était l’hôte des XXIVes Jeux olympiques d’hiver du 4 au 20 février et organise les Jeux paralympiques d’hiver du 4 au 13 mars. De Chamonix à Beijing, la torche olympique centenaire se transmet de l’Ouest à l’Est. 

Le président Xi Jinping a résumé le concept de cette édition en quatre mots : « verts, partagés, ouverts et propres ». 

Une édition verte : pour la première fois, l’ensemble des sites est alimenté en électricité verte. Quatre d’entre eux utilisent une nouvelle technologie de fabrication de glace au CO2 quasi zéro émission, pour atteindre la neutralité carbone. 

Une édition partagée : d’une part, nous œuvrons pour engager 300 millions de Chinoises et Chinois dans les sports d’hiver, d’autre part, la région Beijing-Tianjin-Hebei a créé, grâce aux JO d’hiver, une meilleure synergie en matière d’infrastructures de transport, de gouvernance écologique, de transformation industrielle et de services publics. 

Une édition ouverte : la Chine coopère étroitement avec le CIO et d’autres organisations internationales pour promouvoir les échanges sportifs, éducatifs, culturels et entre jeunes, faire valoir le mot « Ensemble » comme l’indique la devise olympique, et faire découvrir au monde une Chine en perpétuel progrès. 

Une édition propre : pour prévenir la corruption et réduire les coûts, les sites existants sont exploités au maximum et les nouveaux sites seront revalorisés après les JO. La tolérance zéro contre le dopage rend cette édition aussi pure que la glace et la neige. 

Le président du CIO Thomas Bach s’est dit sûr qu’avec ce concept, une « nouvelle référence » pour les JO, Beijing 2022 est une édition splendide, extraordinaire et merveilleuse, fédérant le monde autour de l’esprit de paix, d’amitié et de solidarité. 

Première ville à accueillir des JO d’été et d’hiver, Beijing fait vivre aux athlètes de tous les pays une expérience inoubliable. 

À Beijing, la flamme olympique est revenue au stade national surnommé « Nid d’oiseau ». D’autres enceintes sportives déjà existantes comme le « Cube d’eau » et le Centre sportif de Wukesong ont été converties en « Cube de glace » et « Fleur de glace ». Dans l’Anneau national de patinage de vitesse récemment construit et surnommé « Ruban de glace », la nouvelle technologie de fabrication de glace au CO2 permet d’atteindre le zéro carbone et d’économiser deux millions de kilowattheures d’électricité chaque année. 

À Yanqing et à Zhangjiakou se trouvent les centres nationaux de ski alpin, des sports de glisse et de saut à ski. Ces nouveaux sites ont été baptisés selon leur forme : « Hirondelle de neige », « Dragon de neige » et « Sceptre Ruyi de neige ». Inspirés de symboles de bon augure dans la culture traditionnelle chinoise, ils portent les belles espérances du peuple chinois pour cette édition des JO d’hiver. 

Caractérisés par une bonne gestion du coût, le bas carbone, de hauts standards et de fortes fréquentations, les sites ont été construits et sont exploités dans le strict respect du concept vert et propre. Dans le contexte du COVID-19, les sites fonctionnent en circuit fermé pendant les Jeux et des équipes de soutien logistique et médical assurent des JO sûrs et splendides. 

De Paris à Beijing, la coopération olympique consolide l’amitié sino-française. Paris a déjà accueilli deux fois les Jeux olympiques d’été. En 2024, les JO d’été y reviendront cent ans après ceux de 1924. Paris 2024 s’ouvrira sur la Seine ! Une façon bien créative de montrer aux athlètes olympiques et aux milliards de téléspectateurs à travers le monde le charme unique de la ville romantique. Beijing, première ville hôte des JO d’été et d’hiver, fait aussi des Jeux olympiques une opportunité pour encourager le sport de masse, accumuler des expériences d’organisation de grands événements, et montrer une Chine dans toute sa diversité, ouverte et confiante. 

2024 coïncidera avec le 60e anniversaire des relations diplomatiques sino-françaises. Les échanges entre nos deux pays dans le sport ont porté des fruits abondants. Aux JO de Tokyo 2020, l’escrimeuse chinoise Sun Yiwen a décroché la médaille d’or à l’épée. Après sa victoire, son entraîneur, le Français Hugues Obry, s’est précipité sur la piste pour la soulever en triomphe. Une image qui a fait le tour des réseaux sociaux chinois et marqué un moment inoubliable des échanges sportifs sino-français. Dans les disciplines fortes de la Chine, comme le tennis de table, les entraîneurs chinois ont aussi tissé une large coopération avec les équipes françaises. En novembre dernier, c’étaient Kylian Mbappé et la championne olympique de plongeon chinoise Zhang Jiaqi qui assistaient ensemble à la cérémonie de baptême des bébés pandas de Beauval. Les deux jeunes sportifs au grand talent avaient enflammé les amateurs de sports et d’animaux de Chine et de France. 

En l’espace de deux ans, Beijing et Paris offriront au monde deux JO exceptionnels. Je suis convaincu que les échanges sportifs entre la Chine et la France ne feront que s’intensifier. J’espère aussi que Chinois et Français uniront leurs efforts pour faire des Jeux olympiques un grand événement afin de promouvoir le progrès et d’édifier un monde harmonieux et meilleur. 

*LU SHAYE est ambassadeur de Chine en France.  

 
Numéro 11 janvier-mars 2022
APN&CCPPC 2022
La Chine agit pour protéger la biodiversité végétale
Chengdu et Montpellier fêtent 40 ans d'amitié
Le legs des JO d'été et d'hiver de Beijing
Liens